I’m looking for the face I had before the world was made
W.B. Yeats
-

Three masks, with ‘faces’ in stone. These are old fencing masks, with the section that covers (and protects) the face removed. Where they once hid, they now reveal – what, exactly? A fragment of the universe, a nebula fixed in space, a dive into material in which the macro meets the micro. We are confronted with an “unsuspected eternal face” (J. L. Borges, Conjectural Poem) that shows us that “the notion of ascent or descent [is]wrong; for stars burn below as on high. The abyss [is] both beyond the celestial sphere and within the human skull.” (Yourcenar, The Abyss).

#1 Fencing mask, petrified wood, steel plinth
#2 (after John Dee) Fencing mask, obsidian, steel plinth
#3 Fencing mask, ‘parallel’ agate, steel plinth
170 x 23 x 23 cm
Unique editions
(Ongoing series)


Une apparition d'outre-monde, antérieure à la face humaine, mais la préfigurant, s'ouvre passage dans l'indifférente économie minérale.
Roger Caillois, Pierres réfléchies
-

Trois masques, aux «visages» de pierre. Ce sont des anciens casques d’escrime, dont la partie cachant (et protégeant) le visage a été enlevée. Ici, le masque ne cache rien: au contraire, il montre. Quoi ? Un morceau d’univers, une fixation de nébuleuse, une plongée dans la matière —où le macro retrouve le micro. C’est un «visage éternel insoupçonné» (J-L Borges, Poème conjectural) que l’on rejoint, qui montre que «la notion d’ascension ou de descente était fausse; des astres brillaient en bas comme en haut. L’abîme était à la fois par-delà la sphère céleste et à l’intérieur de la voûte osseuse.» (Yourcenar, L’Œuvre au noir).

#1 Masque d’escrime, bois pétrifié, soclage acier
#2 (after John Dee) Masque d’escrime, obsidienne, soclage acier
#3 Masque d’escrime, agate ‘parallèle’, soclage acier
170 x 23 x 23 cm
Pièces uniques
(en cours)