Vidi cuncta quæ fiunt sub sole, et ecce universa vanitas et afflictio spiritus.

I saw all the deeds that are done under the sun; and see, all is vanity and a chasing after wind.

Ecclesiastes. 1.14
-


In the Gutenberg Bible, the chapter of the Ecclesiastes (Old Testament) fills seven pages. J'ai lu tous les livres ("I have read all the books”), whose title comes from "Brise Marine", an 1865 poem by Stéphane Mallarmé, consists of a proportional enlargement of these pages; the text states that everything is doomed to disappear.
In a meditation on the passage of time and the vanity of all human endeavors, it was reproduced using charcoal powder; once fixed, the text was covered with a second, unfixed layer of the same fragile and unstable pigment, forming a more or less dense coating. Each transfer of the frame will shake some of the powder loose, letting the text reappear and gradually revealing the timelessness of its contents.

Charcoal powder on Fabriano 600g.
67,5 x 96,5 cm sheet in a 70 x 100 frame. 7 pages.
Ongoing series


see also The eye is not satisfied with seeing / The Bee's Nest
J'ai vu tout ce qui se fait sous le soleil; et voici, tout est vanité et poursuite du vent.

L'Ecclésiaste. 1.14
-

(...) l'homme, qui se sait lui-même destructible, est naturellement ému par l'image de la dégradation.

Roger Caillois, Pierres
-

J’ai lu tous les livres, dont le titre est issu de « Brise marine » (1865), un poème de Stéphane Mallarmé, reproduit l'intégralité des sept pages de l’Ecclésiaste (Ancien Testament) extraite du premier incunable de l’histoire : la Bible à quarante-deux lignes, dite B-42, imprimée par Gutenberg vers 1455.
Méditation sur le passage du temps et la vanité de toute entreprise humaine, le texte, qui rappelle que tout est voué à disparaître, a été reproduit à l’aide de poudre de fusain; une fois fixé, il a été recouvert de ce même pigment fragile et instable, constituant un voile plus ou moins dense, destiné à glisser. Chaque déplacement du cadre est en effet susceptible de faire chuter la poudre, laissant peu à peu réapparaître le texte et révélant ainsi progressivement l’intemporalité de son contenu.

Poudre de fusain sur Fabriano 600g.
Feuille 67,5 x 96,5 cm dans cadre 70 x 100 cm. 7 pages.
Série en cours


voir The eye is not satisfied with seeing / The Bee's Nest


page 5 


Page 1 


page 1 (détail) 


page 2 (détail) 


page 2 (détail) 


page 2 (détail)